Rencontre entre la conseillère spéciale du ministre de l'Education nationale et l'ORTEJ https://t.co/WwzXvEwbgI
8/08 à 10:12  - Rafraichir - Répondre

Les thématiques de l’ORTEJ

  • Conciliation des temps de vie

    Comment concilier les temps de vie des enfants, des familles, des professionnels de l’éducation en visant le bien-être de tous et le développement optimal des enfants ?

    Éducation et développement de l’enfant

    Quels sont les dispositifs éducatifs et les initiatives les plus adaptées à la prise en compte des rythmes biologiques et psychologiques dans le développement de l’enfant ?

    Chronobiologie et chronopsychologie

    Comment les rythmes biologiques, psychologiques et sociaux influent sur l’action éducative ?
    Quelles sont les concepts, théories et travaux scientifiques sur les rythmes touchant d’autres enjeux ou populations et pouvant éclairer cette problématique ?

Intervention de Laëtitia Barel, déléguée nationale SE-Unsa, chargée des questions école

Par Laetitia BAREL

Bonjour à toutes et tous,

Chargée des dossiers relatifs aux enseignants des écoles au SE-Unsa, mon propos sera axé sur notre vision de cette réforme des rythmes à travers l’angle de la complémentarité éducative tout en l’agrémentant d’illustrations issues du terrain.
Le SE-Unsa a accueilli très favorablement le décret Peillon qui a introduit une cinquième matinée dans la semaine scolaire. En effet, depuis notre dernier congrès qui date de mars 2013, nus portons un mandat syndical qui va en ce sens. Au delà d’une modification du pur temps scolaire, cette réforme des rythmes s’est faite à travers une nécessité de repenser les rythmes de l’enfant dans leur globalité avec la mise en place des TAP (Temps d’Activités Péri-éducatives) et son lot de conséquences sur la journée de l’enfant.

Destinée à adapter les rythmes de l’enfant au plus prêt de ses besoins, la concrétisation de cette réforme est au service de meilleurs apprentissages. Cependant, pour que cet objectif soit atteint, chacun des acteurs de la vie de l’enfant doit en saisir les enjeux au niveau auquel il se situe et s’engager dans une concertation la plus efficace possible.

Pour qu’une complémentarité des temps éducatifs vive réellement, les différents moments de la journée de l’enfant ne peuvent plus être perméables les uns des autres. Le regard que chacun porte sur le temps d’avant ou celui d’après doit apporter autant d’éléments à prendre en compte dans l’articulation même de la journée de l’enfant. Cette réforme aura permis d’engager des concertations entre les différents partenaires : enseignants, élus, parents d’élèves, milieu associatif, transporteurs. Sur le terrain, ce que nous observons, c’est que là où la concertation s’est engagée rapidement, la mise en place et les régulations à opérer se sont faites d’autant plus facilement.

Entre les temps d’enseignement obligatoire, les APC (Activités Pédagogiques Complémentaires), les TAP quand ils existent, les autres temps périscolaires, une cohérence est recherchée quand cela est possible. Sur le territoire, une vraie disparité existe. Elle est liée aux contraintes locales, à la richesse du tissu associatif, au pilotage académique, mais aussi à l’engagement variable des personnes concernées. Clairement, les écoles qui se sont engagées dès la première année, ont vu plus de régulations à opérer. Le tâtonnement, normal, a permis de valider certains fonctionnements et d’en mettre d’autres de côté. Celles qui se sont engagées en 2014 ont bénéficié de l’expérience des plus précoces et l’efficience du fonctionnement a été plus rapidement validée.

Concernant les temps d’enseignement, les enseignants commencent à réfléchir à une évolution de leurs pratiques, prenant en compte à la fois les temps supplémentaires de vigilance offerts grâce à la matinée supplémentaire mais aussi les contenus des TAP. En effet, le contenu de ceux-ci peut aider dans la concentration à mobiliser lors d’une séance d’apprentissage. Les jeux de société, qui développent entre autre la stratégie d’action, la mémorisation, sont un bon exemple de compétences réutilisables dans les apprentissages. Quand de plus, l’ensemble des intervenants (enseignants, animateurs municipaux…) se tiennent au courant de ce qu’ils font, tout en gardant chacun leur place, ça ne peut que fonctionner encore mieux.

La question des rythmes de l’enfant et plus précisément l’angle de la complémentarité des temps éducatifs nous amène immanquablement à parler du temps de repos dont certains enfants, plutôt jeunes, ont besoin après le déjeuner. Ce temps de sieste a fait l’objet de bien des discussions dans les écoles maternelles. La place et la durée de ce temps ne sont pas à négliger, faisant pleinement partie des besoins physiologiques du jeune enfant. De sa gestion dépendra le reste de la journée. Ce qui ressort clairement, et le comité national de suivi des rythmes le préconise, c’est que les enfants doivent, quand c’est possible, accéder au temps de sieste juste après le repas de façon à ce que sa durée soit suffisante. Déjà dans certaines écoles le TAP sieste existe.

Pour terminer, je vais aborder la question des récréations. Avec l’arrivée d’après-midi plus courts, la récréation a disparu dans certaines écoles, ou bien s’est vu décalée en fin du temps scolaire juste avant les TAP. Une matinée de 3 heures 30 a aussi vu fleurir ça et là deux récréations le matin, mais beaucoup plus minutées qu’auparavant. Chaque école a adapté en fonction de ses contraintes, de ses particularités (transport scolaire, disponibilité de la cour, nombre de classes…). Quoi qu’il en soit, ce temps de récréation, qui comme son nom l’indique sert à se recréer, fait partie des temps de la journée de l’enfant et a évolué avec ces nouveaux rythmes.

Pour conclure, je dirais que la mise ne place de ces nouveaux rythmes a catalysé la nécessité à bien des acteurs de travailler ensemble, de se poser les bonnes questions ensemble, autour de l’enfant et au service des apprentissages. Pour le SE-Unsa, il n’existe pas de modèle d’organisation. Chaque milieu, rural, urbain, semi-urbain, a ses contraintes, plus ou moins fortes mais l’important est que chaque acteur sache prendre la place qui est la sienne pour contribuer à la réussite de nos élèves.

Twitter @ObsORTEJ

Copyright ORTEJ - Site réalisé sous SPIP avec le squelette Belier HRO. - Mentions Légales